Solidarité et action sociale

Pour une ville sociale et solidaire


Puteaux souffre depuis plusieurs années de l’inefficacité de sa politique sociale. L’intégration des personnes handicapées, le vieillissement de la population, l’exclusion et l’habitat indigne sont autant de problèmes auxquels la majorité sortante n’a pas su répondre. Notre équipe mènera une politique sociale juste et équitable, adaptée aux besoins de la population et des associations. Notre ambition est très grande, mais à la hauteur des capacités de notre commune.


 

1 – Le Contrat Local de Solidarité et le Contrat Local de Santé

 En opposition au clientélisme ambiant, nous nous adresserons à tous les habitants et nous lutterons contre toutes formes de discriminations.

A l’inverse de la majorité sortante, nous lutterons contre la pauvreté et l’exclusion de manière collégiale en signant un Contrat Local de Solidarité. Ce contrat mobilisera les différentes ressources de la commune et s’appuiera sur l’économie sociale et le développement local.

Nous œuvrerons pour un égal accès aux soins en ratifiant le Contrat Local de Santé proposé par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

 2 – Un service social de qualité proche des habitants

Nous nous engageons à lutter contre l’exclusion et à accompagner les personnes en difficulté en  favorisant l’insertion sociale et professionnelle.

A – L’analyse des besoin sociaux

La collectivité se doit de définir un champ d’actions en adéquation avec les réalités locales. Ainsi, le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) procédera à une Analyse annuelle des Besoins Sociaux (ABS). Bien qu’imposée par la loi, l’ABS n’a jamais été réalisée à Puteaux.

B – Un centre social de proximité

Nous développerons les missions du CCAS au sein d’un centre social de proximité. Chaque personne ou famille qui rencontre des difficultés sociales pourra s’y rendre pour être informée de ses droits et bénéficier d’une aide ou d’un accompagnement. Ce centre favorisera le travail en réseau entre partenaires (services départementaux, associations, professionnels de santé et entreprises) qui participeront à des réunions de travail et de réflexion. Nous soutiendrons financièrement les associations caritatives concernées.

– Ce centre sera dédié à l’information, à la prévention et au développement social pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion.
– Les travailleurs sociaux y prodigueront des conseils individualisés.
– Les institutions intéressées (CAF, CPAM…) ainsi que les associations pourront y ouvrir des permanences.
– Nous y mettrons en place des ateliers pour faciliter les démarches de la vie quotidienne (emploi, budget, logement et santé) et des activités pédagogiques, culturelles et ludiques.
– Nous organiserons des sorties et des séjours pour les familles en difficulté financière.

C – Les dispositifs d’aides

La prise en charge des familles est une mission du Conseil général. Cependant la commune dispose d’un outil financier, le fonds de secours, pour apporter des aides complémentaires.

– Nous réviserons la vocation et les critères d’attribution de ce fonds. Nous mettrons en place des commissions plurales pour l’octroi des secours financiers et nous définirons des critères sociaux justes. Il s’agit d’un fonds d’aides financières communal, celui-ci est cependant facultatif. Dans un souci d’économie de gestion, il ne pourra plus se substituer à d’autres aides existantes. Plusieurs types d’aides seront intégrées à ce fonds :

– le secours d’urgence à titre alimentaire,

– le secours d’urgence pour la mobilité (titre de transports dans le cadre d’un projet professionnel),

– et le secours projet qui sera accordé aux personnes bénéficiant d’un suivi assuré par un travailleur social. Ce secours financera les impayés des charges courantes (hormis celles prises en charge par le Fonds de Solidarité Logement) ou un projet éducatif, professionnel, culturel, etc.

Dans un souci d’efficacité :

– Nous reprendrons l’instruction des demandes de RSA, refusées par la ville jusqu’à présent.
– Nous confierons la gestion de l’épicerie sociale à une association.
– La distribution des colis alimentaires sera entièrement confiée à l’Équipe Saint Vincent ou à une autre association volontaire. Nous augmenterons la subvention déjà allouée si nécessaire.

Pour aider les jeunes en difficulté :

– Nous soutiendrons les jeunes suivis par la mission locale dans leur parcours en leur allouant des aides du fonds de secours  pour leur projet professionnel.
– Nous mettrons en place une aide pour le BAFA, en collaboration avec le Bureau Information Jeunesse. En contrepartie, la commune leur demandera d’effectuer gratuitement leur stage dans une structure communale.

 

3  – Un toit pour tous : le droit à un logement décent

A – La lutte contre l’habitat indigne et dégradé

 Nous nous engageons à lutter contre l’habitat insalubre sur l’ensemble de la commune en collaboration avec les services hygiène et urbanisme.

 – Nous mettrons en place des actions de prévention et d’accompagnement afin de garantir à chaque personne ou famille l’accès à un logement adapté et décent. Notre objectif est d’améliorer les conditions de vie des occupants et de renforcer la médiation avec les bailleurs.

– Les personnes éligibles au DALO (Droit Au Logement Opposable) seront prioritairement prises en compte pour les attributions de logements HLM.

 Voir notre programme “Habitat, architecture et patrimoine

 

B – Renforcer les dispositifs

 Dans le cadre du Fonds de Solidarité Logement, nous proposerons des mesures d’accompagnement social lié au logement (ASLL) afin de favoriser l’accès au logement ou le maintien dans le logement des familles en difficulté, dans une perspective d’insertion durable.

 

C – Ouvrir un centre d’hébergement d’urgence pour les femmes victimes de violences

 10 % des femmes déclarent avoir déjà subi des violences conjugales. Nous nous engageons à créer un lieu d’accueil et d’hébergement pour les femmes victimes de violences, en partenariat avec les associations et le Conseil général. Pour éviter le simple assistanat, sur simple demande, nous aiderons ces femmes à reconstruire un projet professionnel.Les résidentes verseront un pourcentage de leurs ressources. Des subventions existent  de la part de l’État, de la Région et du Département.

D – Aider les sans-abri

 Des sans-abri vivent sur le territoire de la commune en particulier sur le quartier de la Défense. La Maison de l’Amitié propose depuis 1998 un accueil de jour. Cependant, depuis quelques années, l’état de leurs locaux ne permet plus d’ouvrir des places pour la nuit. En partenariat avec Defacto, nous trouverons un nouveau local approprié pour l’association.

4 – Pour une ville au service de nos aînés

On compte à Puteaux plus de 7.000 personnes âgées de plus de 60 ans (dont environ 2.500 âgées de plus de 75 ans), soit plus de 15 % de la population. Or, la majorité sortante n’a pas su, ces six dernières années, anticiper et s’adapter au vieillissement. Bien qu’elle ait promis de construire en début de mandat des maisons de retraite médicalisées, seulement un chantier a débuté dernièrement, c’est-à-dire à quelques mois des élections. L’équipe “Puteaux Pour Vous” veillera au bien-être de nos aînés.

 

A – Obtenir le label « Bien vieillir – Vivre ensemble »

Nous nous engageons, sur 6 ans, à mettre en place un plan d’actions pour améliorer la qualité de vie des seniors : logement, transport, vie sociale, santé,  avec, comme maître mot, la prévention.

Notre objectif est de lutter contre l’isolement des personnes âgées, en préservant le lien social et en privilègiant l’intergénérationnel.

B – Un lieu spécifique adapté aux besoins des seniors

Nous ouvrirons un Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC) en intercommunalité, financé par le Conseil général. C’est un service gratuit proposé aux personnes âgées de 60 ans et plus, ainsi qu’à leur entourage familial et professionnel.

Lieu d’information et d’échange, le CLIC travaille à la coordination des actions médico-sociales pour :

– faciliter l’accès aux droits et aux dispositifs appropriés,

– orienter vers les partenaires du secteur sanitaire, social et médico-social,

– élaborer un plan d’aide individualisé et coordonner sa mise en œuvre,

– promouvoir des actions de prévention et de soutien destinées aux aidants familiaux,

– favoriser l’articulation des interventions sanitaires, sociales et médico-sociales.

 C – Une maison de retraite médicalisée communale

 Nous étudierons la possibilité de construire une maison de retraite communale médicalisée au cours de notre mandat. Les tarifs seront calculés en fonction du revenu. Une commission d’attribution sera mise en place.

 

5 – Une intégration réelle des personnes handicapées

 A Puteaux, la ville a signé la charte “ville handicap” et s’est engagée à assurer une meilleure  intégration des personnes handicapées. Toutefois en terme d’intégration des personnes handicapées, le bilan de ces 6 dernières années est décevant.

A – Une nouvelle Charte Handicap

 Pour organiser une prise  en charge globale du Handicap, nous rédigerons une nouvelle Charte Handicapavec les associations, les partenaires institutionnels et les professionnels. Elle prescrira un ensemble d’actions permettant aux personnes handicapées et à leurs proches de vivre pleinement leur vie quotidienne et facilitera l’intervention des décideurs tels que l’Éducation Nationale, les transporteurs, les associations,  les aidants familiaux, ou encore l’administration de tutelle.

 

B – Un nouveau pôle ressource/réseau pour les personnes : la Plateforme Handicap

 La Plateforme Handicap intégrera les différentes unités impliquées dans la mission Handicap. Il s’agit d’un lieu d’accueil personnalisé d’information, d’accès aux droits et d’orientation qui accompagnera les personnes en situation de handicap en complémentarité des services existants : déplacements, accessibilité, vie à domicile, vie sociale et culturelle, scolarité, logement, emploi, loisirs, etc.

Pour faire changer le regard sur le handicap, des actions de sensibilisation (au sujet de l’autisme, de la maladie d’Alzheimer, et de la sclérose en plaque…) seront menées auprès du grand public, des commerçants et du personnel municipal.

 

C – Accès à l’éducation, à l’emploi et aux loisirs

– Nous garantirons l’inclusion scolaire des enfants handicapés en adaptant les structures éducatives. Le personnel encadrant recevra une formation adéquate. Chaque enfant bénéficiera d’un projet individuel d’accompagnement afin de garantir, dès le première âge, son accueil dans toutes les structures éducatives, scolaires et périscolaires.

– Enfin, nous organiserons des activités loisirs pour les enfants et les adultes.Nous ferons participer les habitants aux événements. Nous mettrons en place des ateliers, organiserons des sorties culturelles et favoriserons l’accès aux sports. L’objectif est de faire participer les valides et les non valides aux différents projets.

 

D – Accès à l’emploi

 Au sujet de l’insertion professionnelledes personnes en situation de handicap, notre ambition est à la hauteur des moyens de notre commune :

 – La ville montrera l’exemple en s’engageant à créer des postes.

– Nous formerons un réseau “Accompagner/Parrainer” qui aidera les jeunes diplômés à définir et à préparer leur entrée sur le marché du travail. Nous travaillerons de concert avec la mission locale, Puteaux Emploi et le pôle emploi pour fédérer les réseaux professionnels et associatifs.

– L’Association de Défense et d’Entraide des Personnes (ADEP) partagera les locaux de la future pépinière d’entreprise avec un double profit : l’accès à l’emploi des personnes handicapées et l’accès à la main-d’œuvre pour les entreprises (Voir notre programme “Entreprise et Emploi” ).

6 – Adapter l’espace urbain et l’habitat aux personnes à mobilité réduite

 Une commission communale sur le handicap a vu le jour en 2005. Sa première mission a été de réaliser un audit de l’état d’accessibilité des bâtiments, des espaces publics et des transports en commun. Reste qu’à ce jour, des lieux ne sont toujours pas adaptés aux personnes à mobilité réduite rendant l’accès  difficile à l’éducation, au travail et aux loisirs.

 – Nous appliquerons les recommandations de l’étude d’Icade et du Centre d’Analyse Stratégique pour favoriser et inciter le déplacement des personnes à mobilité réduite et de la population viellissante :

– présence de commerces de proximité dans un rayon de 300 m,

– présence d’un arrêt de transport en commun à moins de 150 m,

– présence régulière de bancs sur les cheminements.

 – Nous mettrons à jour le diagnostic complet de la compatibilité des infrastructures et de la voirie. Nous veillerons à ce que l’espace publique soit entièrement sécurisé pour les personnes à mobilité réduite.En particulier, nous réfléchirons à des facilités d’accès entre le bas et le haut de Puteaux. Pour cela, outre les études avant réalisation, nous ferons appel à des associations de personnes handicapées afin d’avoir leur point de vue, car elles seules peuvent, plus que les études, nous dire ce qui leur est nécessaire et tester l’accessibilité des lieux.

 – Nous interviendrons dans l’amélioration de l’habitat et favoriserons le maintien à domicile des personnes grâce à une opération programmée d’adaptation de l’habitat (OPAH) spéciale « Handicap » qui sera consacrée aux les personnes à mobilité réduite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s